Comment se motiver chaque jour? Routine quotidienne

Vivre, c’est faire un maximum d’expérience. Pour faire ces expérience, il faut aussi en proposer aux autres qui nous récompenserons en échange des bons de reconnaissance.
Il y a tellement d’expérience à faire, que nous devons choisir chaque jour ce que nous souhaitons vivre. Si nous ne choisissons pas nous sommes entraînés à vivre les expériences que les autres nous proposerons et les conséquences des expériences choisies précédemment.

En mettant en place une routine, nous serons plus heureux et concentrés. Nous sommes plus en vie. Nous serons aussi plus fier de notre vie.
Il est important aussi de garder en vue, que nous ne sommes pas que des êtres incarnés.

Une routine est un ensemble d’actions, que nous nous engageons à faire régulièrement, afin de rester ancrer sur ce que l’on désire expérimenter!

Une des routines chez les gens, qui sont religieux est de faire une prière au moins 2 fois par jour. Le matin en se levant et le soir au coucher. Cette routine doit leur permettre de se rappeler, qu’ils ne sont pas uniquement des êtres charnels. D’autres font du yoga ou es art martiaux. Les sportifs, utilisent des préparations mentales. Les musiciens font des gammes.

MA routine préférée est de « noter 3 choses que je souhaite faire aujourd’hui, avant de commencer ma journée. »
Ces objectifs, doivent être V.R.A.I.:

  • Vérifiable : quelqu’un d’autre pourrait le confirmer, il y a des preuves,
  • Réalisable :  je dispose de toute la logistique nécessaire pour accomplir,
  • Actif : c’est moi, qui à l’origine de l’action,
  • Indépendance, l’indicateur de réussite ne dépend que de moi.

Exemple :

  • Appeler M. A. est un objectif V.R.A.I..  Il est vérifiable : en regardant les appels passés sur mon téléphone. Réalisable: je dispose d’un téléphone et d’un forfait qui me permet de le faire, Actif: c’est moi qui décide quand je vais le faire, l’Indicateur de réussite ne dépend que de moi.
  • Discuter avec M. A est incorrect, car dépend de la disponibilité de M. A., le critère de Réalisabilité n’est pas assuré, ni le critère d’indépendance M. A. peut très bien décidé de ne pas discuter avec moi.

Le principe d’une routine est qu’elle doit être simple à se rappeler et V.R.A.I.
Exemple :

  • « Noter 3 choses à effectuer, avant de commencer la journée »
  • « Faire sa prière, avant de manger »
  • « Faire 10 pompes, le matin avant la douche »

Une routine, doit aussi avoir un objectif à long terme. 

Celui qui a pour routine de faire 10 pompes le matin, cela peut être pour prendre du muscle. Celui qui note 3 choses à faire, cela peut être pour garder une trace des ses progrès et de ses actions.

En résumé:
Pour rester motiver chaque jour, mettre en place un routine V.R.A.I. vous aidera à:

  • faire des progrès,
  • être fier de vous et donc rester motivé sur votre objectif.

 

C’est quoi la vie?

Cette question est très importante, une fois qu’on a assouvi tous ces besoins. Il y a un moment où on se pose la question « A quoi cela, sert-il? » « A quoi je sers? » Trouver des réponses nous aides à avancer. Les réponses a cette questions, nous permettent de faire des choix cruciaux. C’est surtout une aide précieuse dans les moment de doute.
Avoir vos réponses à cette question, vous redonnera confiance en vous, et risque de vous rendre inspirant pour les autres. Mais le plus important reste la confiance en vous, la sérénité car le chemin est éclairé.

La réponse est simple, « la vie est ce que vous voulez ».

Une des premières façons de regarder la vie, est de regarder les enfants. Ils veulent faire toutes sortes d’expériences. Ils veulent courir, rire, manger, sauter danser…
La vie c’est Faire les expériences que vous voulez. C’est la leçon que nous donne les enfants.

Cela ne s’arrête pas là, il y a une autre leçon, mais c’est celle que donne les parents aux enfants. Les parents conscients mettent des limites à leurs enfants, leur apprennent la politesse, le savoir vivre en société, à prendre soin d’eux.La vie c’est aussi cela.

La vie c’est : Vivre en communauté et prendre soin de soi.

Les 2 grands problèmes auxquels sont confrontés les adultes, c’est :

  • de choisir les expériences qu’ils veulent faire,
  • et en même temps vivre en communauté et prendre soin de soi, tout en pensant à l’autre.

Le choix des expériences est libre, après il y a des lois universelles. Vous faîtes une expérience, et il y a des conséquences.
Exemple: Vous touchez un poêle chaud, vous vous brulez. Vous envoyez une pomme en l’air, elle retombe.

De plus, notre expérience est physique, car nous disposons d’un véhicule charnel pour la faire. Mais nous sommes plus que ce corps charnel. Nous utilisons ce corps pour cette expérience. C’est un peu comme une voiture. Vous utilisez la voiture pour aller faire des choses, mais vous n’êtes pas la voiture, que vous utilisez. 

La vie en communauté, rajoute un plus grand nombre d’expériences possible, mais aussi de nouvelles lois. Des lois instaurées par, nous, les être humains.

En résumé:

  • Vous êtes un être, qui utilise un véhicule charnel, pour vivre des expériences.
  • Vous pouvez faire des choix, et ces choix entraînent des conséquences à cause de lois,
  • Si vous voulez faire des expériences en communauté, il faut prendre soin de soi, tout en pensant à l’autre.

 

Le problème est qu’il y a tellement d’expérience possible à faire. Ce grand nombre de choix, peut nous entraîner à oublier les expériences que l’on souhaite vraiment faire. Rester concentré et motivé, quand on vit en communauté, peut être un véritable défi. Si vous avez du mal à rester motivé, ou trouver une orientation, réservez une séance de coaching de motivation. Faites le rapidement, car nous vivons dans un monde, régit par une loi appelé le « temps ».

Comment amener une personne à changer?

Souvent on veut aider, ceux qu’on aime, mais malgré nos efforts ils résistent. Nous pouvons même avoir l’impression qu’ils nous prennent pour un ennemi. Plus la personne est proche et plus cela nous est difficile. Quelques fois ce changement peut être vitale. Mais vous devez en même temps préserver la relation avec l’autre et vous préservez. Le but c’es d’être présent tout en préservant son énergie et sa sérénité. Lorsque l’autre sent votre difficulté, il interprète cela comme une attaque contre son intégrité.

La technique c’est d’utiliser des mots et des questions, qui amènent la personne à l’action. Un peut comme les flèches lumineuses pour les issues de secours. Vous balisez et guidez sans pousser.
Les questions de balisages:

  • « Comment pourrais-tu faire pour … ? »
  • « Qu’est qu’il est possible de faire à la place …? »

Exemple: Comment pourrais-tu faire pour arrêter de fumer? Qu’est qui pourrait t’aider?
En posant la question, comme cela, vous n’intervenez pas en sauveur. Une intervention de sauveur c’est: « tu sais j’ai vu à la télé qu’il y avait des patchs pour arrêter de fumer, je t’en achète si tu veux ». Il y a aussi l’intervention policier: « Arrêtes de fumer, tu ne vois pas que tu bousilles ta santé, tu vas avoir un cancer les poumons noirs »

Ensuite, il faut rappeler à l’autre les effets négatifs de son comportement sur sa vie sociale.

  • Qu’est-ce qu’il a à perdre socialement?
  • Qu’est-ce qu’il a à perdre de plus important que ce comportement?

Les être humains, que nous sommes, détestent perdre. Il est plus facile de voir ce qu’on perd, que ce qu’on peut gagner.

Exemple:

  • « Si tu continues à fumer, il te seras de plus en plus difficile à… . alors autant arrêter ».
  • « Qu’est-ce que tu peux faire quand l’envie de prend ? »
  • « Je ne sais pas, ce que tu vas gagner, mais ce comportement va te faire perdre ta capacité à faire ton jogging régulièrement ».

Il est important de montrer du doigt le comportement, pas le comportement de la personne. Ne pas dire « Qu’est-ce que ton comportement ..« , mais dire « Qu’est-ce que ce comportement … ».

Si la personne veut en parler, discuter avec elle. Sinon dites lui que vous avez confiance en elle et son imagination pour trouver une solution, comme par exemple lorsque’elle avait résolu un autre problème.

En résumé :

  • utilisez des questions de balisage,
  • laissez la personne répondre,
  • puis renforcez ce premier pas de réflexion en montrant les conséquences en terme  de perte, d’un tel comportement dans sa vie.
  • laissez la personne, s’exprimer si elle le veut,
  • dites lui que vous avez confiance en elle pour trouver une solution

De temps en temps, si elle a toujours le comportement, encouragez la et rappelez lui les risques si elle continue.

Pour aller plus loin: Je vous recommande le livre « conversation cruciale ».

Si vous avez du mal à changer ou vous ne vous sentez pas aider quelqu’un à changer. Faites vous accompagner en séance de coaching.
Réservez une séance ici.

Résumé des coachings proposés par Supermwa à Vieux-Habitants en Guadeloupe

*Coaching Liberté

Un coaching pour où vous vous libérez de vos chaines, qui vous empêchent de de vous réaliser. Stress d’examen. Faire le deuil d’une relation.  Retrouver sa sérénité au travail. Libérez-vous rapidement.

*Coaching confiance en soi

Un coaching où vous retrouvez vos ressources. Vous reprenez votre vie en main de manière plus légère. Ne perdez plus de temps à chercher votre chemin.

*Coaching Motivation

Un coaching où vous êtes coaché sur un projet. Vous êtes soutenus et encouragés. Restez concentrer sur vos objectifs, évitez de vous éparpiller, ne gaspillez plus d’énergie à vous remotiver.

[ed_call_to_action button_text= »Je réserve ma séance » button_url= »/reservation » button_align= »center »][/ed_call_to_action]

« l’argent ne nous suit pas dans la tombe » – une phrase de pauvre

Il est toujours intéressant d’écouter les gens qui ont des problèmes d’argent, s’adresser à ceux qui ont de l’argent. Récemment, j’entends un jeune qui demandait de l’argent à un passant lui lancer: « Pourquoi tu ne veux pas me donner 2€? tu sais que ton argent ne va pas te suivre au cimetière quand tu vas mourir ».

C’est une phrase qui revient régulièrement, pour faire culpabiliser la personne qui a de l’argent. Celui qui la prononce pense peut-être que c’est un argument convaincant. Or, cet argument rassure uniquement celui qui prononce la phrase. Celui qui a de l’argent sait d’où vient cet argent et ce qu’il veut en faire.
En prenant un peu de recul, la première réflexion qui l’est venu en tête c’est « La nourriture qu’on boit, l’électricité qu’on utilise non plus ne suit pas dans la tombe. » On n’a pas besoin de toutes ces choses quand on est mort.

A entendre cette phrase, on peut remarquer que la personne a une vision de l’argent comme moyen d’échange. Effectivement, cette vision est correct de prime abord. « Tu me donnes quelques chose et en échange, je te donne de l’argent ». Avant que l’argent n’arrive, il y avait un échange de services et de produits. Mais cette vision incorrecte, car incomplète. Elle induit une notion d’équivalence. Mais, depuis l’arrivée de l’argent, quelques choses à changer. « On ne sait plus à quel service ou produit équivaut un autre service ». Est-ce que 10 pains équivaut vraiment, à une heure de cours de math pour mon enfant?

La valeur d’une chose est très dépendante du moment où on en a besoin. Par exemple: la petite bouteille d’eau à l’aéroport, coûte 10 fois plus cher que dans le supermarché. Mais si on a vraiment soif, on l’achète à ce prix là.

Alors, je me suis posé la question « quoi répondre à cette personne pour lui faire comprendre de sa méprise quant à ce qu’est l’argent? ». Une réponse simple serait: « Effectivement, une fois mort on n’a pas besoin d’argent. On n’a besoin de rien; mais en attendant, je trouve un moyen pour faire de l’argent pour vivre. D’ailleurs toi aussi, tu en veux pour vivre apparemment. Comment tu obtiendrais ce que tu veux sinon? « 

La personne peut penser qu’on a beaucoup plus qu’elle et que l’on est avare ou radin. Il est important de chercher la liberté. Une fois que vous connaissez la vérité sur un sujet, vous saurez comment vous comporter. Comme a dit un personnage illustre « Quand vous connaîtrez la vérité, la vérité vous affranchira ». La personne qui a de l’argent aujourd’hui a fait surement fait ce qu’il fallait pour en avoir. Autant se renseigner, si elle ne l’a pas volé, vous ne pouvez pas lui en vouloir d’en avoir.

Comment j’ai soigné ma peur de prospecter

Il est facile de se laisser aller à la flemme et la paresse. Quand on est réservé, se lancer et se montrer est un vrai challenge. Quand on est entrepreneur avant d’être sollicité et d’attirer, il faut se montrer.

En regardant un épisode de l’émission 7 à 8, un consommateur de crack a osé aller faire la manche. Il a réussi à faire 20€, pour se payer sa dose. Et là, j’ai eu le déclic ou le coup de pied au fesse. Ce mec arrive à faire 20€ en 1 jour. Il ne produit rien et il fait de l’argent. Toi, qui as des choses à vendre, tu es donc censé faire beaucoup plus d’argent que lui.

Qu’est-ce qui peut arriver? Que les gens n’aiment pas ton produit ou ton service? C’est leur droit, mais si tu cherches assez aujourd’hui tu trouvera au moins une personne qui sera prêt à te donner de l’argent pour cela. Car ce mendiant a trouvé. Cherches et tu trouveras, peut être même mieux, même plus.

Pourquoi malgré toutes vos lectures vous n’êtes pas à l’aise avec l’argent?

Cette question est très importante car l’argent est le support de nos échanges quotidiens. Quelques soient ce que je vais faire, il est question d’argent. Donc le mieux c’est de régler ses problèmes avec l’argent.

Mais de quel argent parle-t-on? Et oui, c’est où se trouve le piège. Etant donné que nous ne sommes pas clair de quel argent, nous parlons. Il va forcément il y avoir des mauvaises surprises.

L’argent papier, monnaie, chèque, tout ce qui est utilisé doit être considéré sur la même échelle qu’un diplôme ou une médaille. Un diplôme ou médaille certifiant que vous avez aidé autrui si vous le recevez. Et que autrui vous a aidé si vous le donnez.

La charité : on ne peut donner que ce que l’on possède. Tant que vous ne pouvez pas donner ce que vous posséder, cela n’est pas à vous.

L’argent des impôts : certificats que vous fournissez à l’Etat pour les services qu’il vous rend.

L’argent des riches : certificats certifiants qu’ils ont servis.

L’argent des voleurs: certificats d’autrui dérobés sans services en contre partie.

L’argent sale : certificats pour des services non surveillés et imposés par l’Etats. Pendant la prohibition aux USA, l’argent de l’alcool était sale. Maintenant l’argent de l’alcool est propre. Le critère est bien l’imposition.

Piège 1: L’argent des gains aux jeux de la FdJ: certificats volés à une majorité, en leur faisant croire que c’est de l’argent mérité, grâce à leurs publicités festives, pour le donner à l’état et quelques gagnants.

L’argent trouvé par terre : certificats perdus par autrui.

En conclusion : à partir d’aujourd’hui dès qu’il sera question d’argent demandez vous qui a rendu quel service à qui? Si vous ne voyez pas, c’est du vol. 

Bien formuler ses objectifs pour mieux les atteindre

La bonne formulation de ses objectifs, nous permet de mieux rester concentré, d’éviter les pièges des mauvaises langues et du hasard.

Le premier critère d’un objectif est qu’il ne doit dépendre que de nous. (convaincre quelqu’un de quelque chose ne peut pas être un objectif). Par contre préparer sa présentation et rassembler des informations pour argumenter sur un sujet est un objectif, car il ne dépend que de moi.

Le deuxième critère est que l’objectif doit être formulé dans une phrase positive. Je ne mangerai pas de sucre pendant une semaine. Respect bien le premier critère, par contre vous devrez résister continuellement à l’appelle du sucre. Le mieux serait de décider ce que vous allez manger pendant la semaine et où vous aller supprimer le sucre. L’objectif devient je vais manger des fruits et prendre mon café sans sucre, pendant cette semaine.

Le troisième critère est le critère de réussite, concrètement comment pourriez vous savoir que votre objectif est atteint. Ce critère voudrait que si demandiez à quelqu’un de vous surveillez il pourrait décrire vos résultats avec des faits. Exemple maintenant, il connait 100 nouveaux mots en Russes.